22 février 2011 [0]

Extraits au hasard

Voici quelques petits extraits du roman, suite aux numéros de chapitres que vous avez vous-même choisis il y a quelques jours sur la page Facebook du projet… J'ai laissé les extraits dans l'ordre de vos réponses. Bonne lecture !


 

"Il est celui qui nous glisse entre les doigts,
depuis la nuit des temps.
Là sans vraiment l'être, un Ange sans visage et sans destinée. […]
Il ne faut pas se fier à une Ombre.
Il ne faut pas se fier à son Nom.

Edeka."

(Kaïtos, chapitre 44)

  ------

"Du sang sur ses mains devenues griffues.

Ses ongles noircis transperçaient la chair sans la moindre résistance.

Son cœur battait à tout rompre.

La haine, la haine, la haine...

Et l’excitation du chasseur.

 
Il secoua la tête et dissipa la vision d’horreur qui embrumait peu à peu son esprit.

- Je... Ne sais pas. Comment m’avez-vous trouvé ?
- Sasha et moi t’avons cherché pendant des jours. Tu étais inconscient dans une ruelle, à quelques kilomètres du repère de Sullivan. Plutôt mal en point d'ailleurs !

Il baissa les yeux vers les bandages qui parcouraient ses bras et son torse.

- Mais on dirait que tu as déjà bien récupéré.
- ...
- Ca fait une semaine que nous te veillons tour à tour. Mais jusqu’à présent, tu ne t’étais pas réveillé. A tel point que j’ai fini par croire que tu ne t’en sortirais pas...
- Navré de te décevoir."

(Chapitre 29, Newport)

 ------

    "Elle se tenait face à lui, majestueuse.

Le soleil découpait sa silhouette parfaite telle une ombre chinoise et ses cheveux, balançant au gré du vent, dissimulaient de temps à autres ses yeux d’or qui brillaient d’une douce lueur. Il tendit un bras vers elle et fit quelques pas, mais à mesure qu’il s’approchait, il lui sembla qu’elle se faisait de plus en plus distante.

Une Oasis que jamais tu n’atteindras.


- Car je ne suis qu’une illusion, une image dans ton esprit.

- D’où viens-tu ?
- Il est trop tôt.

- Pourquoi ?

- L’heure n’est pas encore venue.

La jeune femme se retourna lentement, presque théâtralement, et fit face au soleil couchant.

- Ne t’en vas pas.
- Il le faut.

- Reviendras-tu ?
- Je serai toujours à tes côtés, quoi qu’il arrive."

(chapitre 16, Newport)

 ------

Impassible, le poignard fermement retenu dans sa main droite, elle fronça les sourcils. Il lui adressa un regard implorant qu’elle ignora en détournant les yeux.

Ne me force pas à faire ça, Heather, je t’en prie...

Son étreinte se resserra encore et Nate ferma les yeux. Puis un rugissement grave et profond s’éleva dans les airs.

- Heather, ça suffit !

Sa voix, devenue rauque et menaçante, déstabilisa suffisamment la nomade pour lui permettre de tenter un revirement de situation. [...] Nate envoya valdinguer la lame à quelques mètres de là sans la moindre difficulté. Celle-ci s’enfonça dans le sable dans un bruit sourd et s’immobilisa finalement, luisant au soleil. Il suivit l’arme du regard puis s’arrêta à nouveau sur le visage colérique d’Heather.

- Nate !
- Faut-il que je laisse Biakko en arriver à se battre contre ta folie ?

Ils se toisèrent alors comme deux fauves avant un combat, impatients de se jeter l’un sur l’autre. Le regard de Nate, d’ordinaire si doux, était maintenant devenu froid et sévère à tel point qu’elle eut la sensation de s’adresser à une autre personne. Il ne détachait pas ses iris de glace de ceux de la jeune fille. Pleine de rage, elle le toisa en retour et le défia d’un hochement de tête effronté.

- Ne m’oblige pas à faire quelque chose que je regretterai ensuite...

Dans un hurlement désespéré, elle se jeta sur lui et frappa de toutes ses forces sur son torse de ses poings refermés.

(Chapitre 13, Ekkar)

 ------

"Et c’est ainsi qu’ils engloutiront tes espoirs,
Tes rêves et tout ce que tu as été.

 

N’y pense plus jamais."

(Chapitre 29, Newport. Encore ^^)

------

"Il était prostré dans un coin du pallier, une main crispée sur son épaule. Un filet de sang coulait le long du mur contre lequel il s’était appuyé et s’échappait entre ses doigts avec lesquels il tentait maladroitement de stopper l’hémorragie. Deux grands yeux verts se levèrent alors dans sa direction et le fixèrent intensément. Il soupira puis grinça des dents.

- Je… Ne pensais pas te trouver là haut… Aïe !
- Ienzo ! Que s’est-il passé ?
- Qu’est-ce que… C’était ?...
- Oublie, je t’expliquerai plus tard. Les Suiveurs ?
- C’était moins une, cette fois.
- Ils t’ont eu ?
- Je leur ai échappé de justesse.
- Ne restons pas ici, ta blessure va s’infecter.
- Ca ira, ne t’en fais pas.

Un grincement de dents lui démontra le contraire, mais il n’en démordit pas pour autant.

- Ensaï. Je n’ai pas rêvé. Tu avais…
- Pas ici. Viens, on rentre."

(Chapitre 36, Newport)

 ------

"Elle jeta un regard en arrière, sur les Dunes silencieuses qui étouffaient ses pas. Déjà, les quelques traînées qu’elle avait laissées sur son passage s’estompaient doucement au gré du vent.

Car nous ne sommes que des Fantômes,
Ces illusions déchues
D’un monde qui ne nous appartient pas.

 

Sois forte."

(Chapitre 2, Ekkar)

------

"Nous sommes le Vent, le Ciel,
Les Dunes que vos pieds impies foulent jour après jour
Nous sommes les gardiens immémoriaux
Du Désert qui vous a vu naître
Et qui verra vos corps redevenir poussière.


Elle soupira. Bientôt, le majestueux paysage qui la berçait ne ressembla plus qu’à une vaste toile colorée dont elle tentait de faire abstraction.

Méditer, retrouver la sérénité. Apaiser le Clan, inquiet de voir Kira reprendre des forces jour après jour sans que personne ne trouve de solution. Et s’apaiser elle-même.

Ne subsista alors plus que le vent, lui chuchotant d’obscures pensées entre les pans de sa tente et ce carillon, toujours ce carillon, au son cristallin qui berçait chacune de ses nuits. Elle se sentait bien, ici, comme protégée de tout, hors du temps. Elle avait créé son propre univers, réunissant couleurs et matières qui apaiseraient ses yeux et son esprit. C’était chez elle, le monde à son image dans lequel elle se réfugiait lorsque tout allait mal par ailleurs.

- Ramène-moi...

Elle sursauta et scruta chaque recoin de la pièce.

Personne."

(Chapitre 33, Ekkar)

------

"Couchée sur la paillasse qui lui servait de lit, elle resta là, immobile, silencieuse, presque aussi impassible qu’une statue. Pourtant, intérieurement, elle bouillonnait. Elle se sentit envahie d’une irrépressible envie de tout jeter à travers la pièce, de briser quelque chose, n’importe quoi, juste pour extérioriser cette haine et cette frustration. Mais elle n’en fit rien. Bien sûr, elle savait se maîtriser. Elle avait appris à rester maîtresse d’elle même voilà bien des années, à paraître sereine aux yeux de ses congénères. Mais cette fois, c’était différent : Leur guerre ne laissait derrière elle aucune effusion de sang, mais elle n’en était pas moins une pour autant. Avec ses deux camps qui s’affrontaient bec et ongles.

Et elle devenait lassée d’être le champ de bataille."

(Chapitre 7, Ekkar)

 ------

"Tu construis tes propres barrières
Pour échapper au Monde,
Pour échapper à toi-même."

(Chapitre 2, Ekkar, encore ^^)

 ------

"- Ne juge pas trop vite ce que tu ne connais pas, Ensaï. J’essaye de survivre, c’est tout. C’est comme ça, ici.

Le jeune homme reporta à nouveau son attention sur la fenêtre. Un lourd silence finit par s’installer entre les deux hommes, jusqu’à ce que Ienzo, excédé, ne le rompe enfin.

- Écoute, que ça te plaise ou non, il faudra t’y habituer. Ici, c’est Newport. Peu importe quels sont tes valeurs ou tes idéaux, oublie-les. Ils ne te serviront à rien. Newport, c’est la jungle, la loi du plus fort et du plus malin. Si tu ne te plies pas à cette règle, tu ne survivras pas. J’ai risqué ma vie pour que les Suiveurs ne mettent pas la main sur la tienne mais n’abuse pas de ma patience. Je t’offre un refuge. C’est tout ce que j’ai, il faudra t’en contenter."

(Chapitre 6, Newport)





Commentaires sur Extraits au hasard

Nouveau commentaire