03 septembre 2010 [0]

Dans les yeux de Ienzo

La meilleure façon de comprendre l'un d'entre eux reste encore de marcher à ses côtés, dans une rue bordée de neige, en silence, juste pour profiter de sa présence. Cette nuit, pour une fois car il est très rare que mes rêves aient un quelconque rapport avec Pandora (non, d'habitude ils préfèrent squatter ceux des autres... -_-; ), je me suis retrouvée côte à côte avec Ienzo. Peut être pour une heure, peut être pour une après midi, je n'en sais rien. Tout ce que je sais, c'est que ce moment a été très intense... Et ce que j'ai vu, même si furtifs que puissent être mes rêves, vaut toutes les fiches ID et les charadesigns du monde, car je peux dire que dans un sens je l'ai "vécu"...

I can feel their eyes are watching
In case I lose myself again
Sometimes I think I'm happy here
Sometimes I still pretend
I can't remember how this all got started
But I can tell you - exactly - how it will end

Nine Inch Nails - Everyday is exactly the same

 

Ienzo, son passé, sa vie.

Tout ce qu'il était avant, avant que Newport ne le brise, avant que tout bascule dans un précipice sans fond duquel il ne peut ressortir. Toute cette partie de sa vie et de son caractère que tous ignoraient, moi y compris, et que je n'aurais jamais pu connaître s'il n'avait pas décidé de me la montrer. C'est amusant, il a toujours été le seul à me "montrer" les choses. Il a commencé par sa propre fin (merci le spoiler >.<) pour que je comprenne son présent... Maintenant, il laisse filtrer son passé, ce passage de sa vie dont il a pourtant fermé la porte à double tour et jeté la clé, sans doute pour que je le comprenne lui.

A bien y réfléchir, non, il y a deux Ienzos. L'avant et l'après. Celui qui, confiant, arpente les rues de sa ville même jusqu'aux endroits les plus malfamés car il sait que, là bas, il ne craindra jamais rien. Celui qui vit, respire, se sent exister... Et se laisse approcher, car c'est ce qui fait toute la différence. Et cet autre Ienzo, noirci par l'ombre de Newport, fuyant la foule comme un animal apeuré, tapi dans l'ombre, barricadé derrière des années de peur et de doutes qu'Ensaï parvient à peine à ré-apprivoiser.

Je ne sais pas si j'ai réellement compris qui il était, mais je sais en tout cas maintenant ce qu'il a perdu...

I think I used to have a voice
Now I never make a sound
I just do what I've been told
I really don't want them to come around, oh no 

Nine Inch Nails - Everyday is exactly the same


Et dans la série de "les Univers Imbriqués sont formidables" couplée avec "le hasard n'existe pas", voici que je fais du tourisme onirique. Comme vous le savez peut-être (ou que vous pourriez le savoir en lisant sa fiche ID =P ), Ienzo est originaire de Portland. Ville que je ne connais absolument pas puisque je n'ai même pas encore pris le temps de me renseigner sur elle, trop occupée par la digestion du fameux "Newport, dans le comté de Sullivan"... Il se trouve, donc, que dans mon joli petit rêve (pas si petit ni joli que ça dans la mesure où on a quand même vécu une rencontre avec des dealers de drogue, une descente de police et l'explosion d'un immeuble, le tout sous la neige et dans le froid...), nous nous sommes retrouvés au beau milieu d'une place au centre de la quelle trônait un... téléphérique. Intriguée par ce détail quand même plutôt étrange, j'ai décidé ce soir d'aller questionner mon ami Google à ce propos... Et voilà que je découvre que... Portland est équipé d'un téléphérique, un tram aérien dont la cabine est quasiment identique à celle dont j'ai rêvé il y a à peine quelques heures...

Non, vraiment, les Univers Imbriqués me surprendront toujours !






Commentaires sur Dans les yeux de Ienzo

Nouveau commentaire