12 août 2010 [0]

La FAQ de Pandora

La FAQ, traduisez par "Frequently Asked Questions" (ou "questions fréquemment posées) recense tous ces petits riens, ces petits détails auxquels on ne pense jamais (quoi que certains, si... La preuve !) et qui font pourtant que l'on peut se plonger totalement dans leur Univers, s'en imprégner et se rapprocher d'Eux... Si au cours de votre lecture du roman ou de votre visite sur le site ou la page Facebook, des questions vous viennent, n'hésitez pas à les poser à la suite de cet article ! Je recenserai ici toutes les questions qui ont été posées, avec leurs réponses, bien entendu. 

 

 

Au coeur de Newport

 

• Où se situe Newport ?

Newport se situe dans le Nord-Est des Etats-Unis, dans l'état du New Hampshire, dont la devise est "Live free or die" (vivre libre ou mourir).

 

• Pourquoi fait-il mauvais la plupart du temps à Newport ?

Très certainement à cause de la pollution. De nombreuses usines peu regardantes qu'à aux fumées qu'elles dégagent ainsi que les pots d'échappement des voitures pas toujours aux normes sont à l'origine d'un immense brouillard qui s'est développé dans la ville, et tout particulièrement dans les bas fonds. Grey Garden est un peu épargnée mais il n'y fait pas moins mauvais. Cependant, il est possible d'apercevoir un coin de ciel bleu en grimpant tout en haut des immeubles pour dépasser les nuages... De là, on voit même les étoiles la nuit...

 

• Comment Ensaï et Ienzo peuvent-ils s'acheter à manger, s'ils n'ont pas de travail ?

Plus de 50% de la population (et ce chiffre tend à augmenter de jour en jour) est sans emploi et, bien sûr, les Assedics, ils ne connaissent pas. Pour s'en sortir, ils ont du mettre en place un autre système, abolissant la monnaie qui se faisait de plus en plus rare dans les bas fonds. C'est ainsi que s'est petit à petit développé le troc dans les Tunnels du Métropolitain, lieu d'approvisionnement principal de denrées en tout genre... Mais il ne faut pas oublier non plus que Ienzo a développé de sacrés talents de voleur...

 

•  Et que mangent-t-ils, en général ?

La plupart du temps, ils se contentent de pain et de fruits (cultivés sur les toits de Newport) car ce sont des mets faciles à voler et à transporter. Mais il existe aussi une sorte de soupe (personnellement je dirais plutôt une bouille mais bon...) qui se vend dans les Tunnels... Mais personne n'a jamais réussi à savoir de quoi elle était faite. Mais si ça se mange, c'est le principal. Ils ont aussi de la viande (souvent les pigeons ou les chats du quartier qui les croisent malencontreusement...).

 

• Connaissent-t-ils les pizzas ?

Bien sûr qu'ils connaissent les pizzas ! Newport reste aux Etats-Unis, tout de même ! Cependant il est très rare qu'ils s'en procurent, d'une part parce que ça coûte cher, et d'autre part parce que Ienzo n'a aucun dispositif dans son appartement pour les réchauffer... Les seules fois où il en ramène, ils les cuisent au feu dans la rue... A noter également que les sociétés de livraison de pizzas ont toutes fait faillite !

 

• Que troquent-ils en général ?

Leurs trocs sont très variés, cela peut aller du service à la trouvaille dénichée au fond d'une benne, en passant par un peu de nourriture, des vêtements ou des outils de construction pour améliorer leurs abris de fortune... Ienzo, par exemple, fait beaucoup de récupération à travers toute la ville, il a même déniché un jour un vieux Polaroïd encore en état de marche. Tout se troque, tout s'échange à Newport et des fois, Ensaï aimerait bien troquer Sasha contre un peu de calme...

 

 • Sullivan a-t-il une vie privée ?

Oui, comme tout le monde ! Mais celle-ci n'est pas spécialement développée... Beaucoup de citoyens à Newport pensent qu'il est incapable d'aimer qui que ce soit tant il dégage une aura de haine et de rancoeur. En tout cas, jamais personne ne l'a vu en compagnie de quoi que ce soit, si ce n'est son armée de mercenaires pour semer la panique en ville...

 

 • Sullivan se la joue-t-il super star du rock en ramenant des jeunes fans chez lui pour profiter d'elles ?

Sullivan a effectivement un petit côté star *un peu trop* bien développé. Il aime se faire adorer de son peuple, et profite allègrement de son bain de foule hebdomadaire à Grey Garden. Mais non, il ne ramène jamais personne chez lui : son appartement et tout le périmètre qui l'entoure est férocement gardé, personne à part lui ne peut en franchir les limites. (ceci dit ça n'exclue en rien ses petits plaisirs en extérieur...)

 

 • Comment fait Sullivan pour gérer ses ailes avec son manteau de cuir ?

Sullivan a mis à contribution plusieurs couturiers (inutile de préciser que leur travail a été "bénévole"...) afin qu'ils mettent au point un système permettant à ses ailes de pousser sans arracher systématiquement le cuir de son précieux manteau. Ainsi, le vêtement est doté de deux trous à l'arrière, qui sont quasiment invisibles puisqu'ils sont cachés dans les coutures, sous deux pans de tissu qui se chevauchent...

 

 • Si Eniah a des ailes blanches, comment se fait-il que celles de Sullivan soient noires ?

Sullivan a tellement d'emprise sur Eniah qu'il peut décider de faire ce qu'il veut d'elle. Ainsi, il a décidé que ses propres ailes seraient noires et... Il est parvenu à les obtenir... Sa noirceur d'âme n'est sans doute pas étrangère non plus à l'assombrissement de ses ailes...

 

 • Quel est le livre favori d'Ensaï ?

Ensaï n'ayant appris à lire que récemment, il n'a eu l'occasion de lire qu'un seul livre (et encore, c'était plutôt Ienzo qui lui en a fait la lecture !). Il s'agissait du carnet dérobé à la bibliothèque de la ville. Il faut dire que vu l'environnement quotidien de Newport et l'état d'Ensaï, lire est l'une de ses dernières préoccupations...

 

 • Pourquoi Sasha aide-t-elle Ienzo et Ensaï ?

C'est un secret, mais il semblerait que Sasha ait un petit faible pour Ienzo. Elle serait prête à faire n'importe quoi pour lui.

 

 • Dans ce cas, pourquoi Ensaï ne l'apprécie-t-il pas ?

Malgré toute la bonne volonté de Sasha, elle ne possède pas moins un caractère assez spécial qui exaspère Ensaï au plus haut point... Il faut dire aussi que leur première rencontre a été assez brutale... (mais ça vous le lirez dans le roman ;)) Il pourrait se montrer un peu moins ingrat envers elle, mais il s'est forgé tant de barrières pour se protéger qu'il est difficile de toutes les faire tomber...

 

 • Et pourquoi Ienzo aide-t-il Ensaï ? S'est-il pris d'affection pour lui ?

Ienzo a toujours détesté l'individualisme qui règne à Newport. Ce n'est absolument pas dans sa nature de laisser dans la détresse les gens qu'il rencontre, pourtant il a bien du se faire à l'idée qu'à Newport, il était impossible de sauver tout le monde et que personne ne s'occuperait de sa propre vie pour lui... Mais Ensaï lui rappelle beaucoup ce qu'il était lorsqu'il est arrivé lui-même à Newport : déboussolé, perdu... Il a donc décidé de l'épauler pour lui éviter de traverser les mêmes galères. Quant à savoir s'il est pris d'affection ou non, il faudra lui poser la question ! Après l'avoir tiré d'affaire à l'aéroport, Ienzo s'est vite rendu compte qu'Ensaï serait incapable de se débrouiller seul à Newport : ne connaissant rien des dangers de la ville, ni des us et coutume de ses habitants et encore moins de leur mode de vie, il serait mort avant la fin de la journée s'il n'avait pas décidé de le prendre sous son aile...

 

 • N'a-t-il jamais regretté de lui être venu en aide ?

Parfois, si, surtout quand Ensaï le mettait dans une situation difficile ou dangereuse (sans le faire exprès, bien sûr). Mais pour rien au monde il n'aurait pris une autre décision.

 

 • Y a-t-il des journalistes et des Photographes à Newport ?

Oui il y en a, on peut d'ailleurs les diviser en deux catégories : la presse officielle, qui est contrôlée par Sullivan, et la presse clandestine. De manière générale, Sullivan a fait main basse sur l'ensemble des moyens d'expression et d'information à Newport : Télévision, radio, presse écrite, mais aussi cinéma. C'est lui qui dicte ce qui doit être publié ou non et qui sélectionne les photographies (bien entendu toutes retouchées à son avantage) qui doivent paraître dans les journaux. Il existe cependant un journal clandestin nommé l'"Underground ". Ce nom est du au fait qu'il circule essentiellement dans les Tunnels. Celui-ci est tenu par un groupe de hors-la-loi sur lesquels Sullivan n'a jamais réussi à mettre la main, et diffuse les informations de la manière la plus véritable possible, sans détours et parfois même assez crument. Certaines photos mériteraient parfois d'être un minimum censurées, surtout lorsqu'elles sont publiées en première page. Il est imprimé grâce à des matériaux de récupération récoltés par l'équipe et n'a donc pas une qualité irréprochable, mais on peut le considérer comme la source d'information la plus fiable de la ville... Au grand dam de Sullivan, bien entendu.

 

   

Entre les Dunes d'Ekkar

 

 • Pourquoi le Clan d'Ekkar ne s'est-il pas établi près de l'Oasis la plus proche ?

La plupart des nomades, qu'ils appartiennent au Clan d'Ekkar ou à d'autres clans tentent, dans la mesure du possible, de ne pas se montrer. S'installer près d'une oasis offrait au peuple d'Heather une position trop facile à repérer par les autres clans qui ne sont pas toujours aussi pacifiques qu'eux, ou par les étrangers qui s'aventurent dans le désert. Ils préfèrent rester coupés du monde et souhaitent que le moins de monde possible ne découvre leur existence. Or les oasis sont quand même les lieux les plus fréquentés d'Ekkar...

 

 •  Le comportement d'Heather et les autres est-il influencé par leurs Akkaïs ?

Du genre se gratter à cause des puces et manger des croquettes en cachette ? Non pas vraiment, seulement dans mon imagination débordante et un peu moqueuse (il faut bien l'avouer). Cependant, il est vrai qu'ils sont un peu influencés par les traits de caractère de leurs Akkaïs respectifs. Ainsi, Heather et Nate ont un peu de mal à préserver leur amitié face à l'animosité que se livrent Yggdrasil et Biakko, leurs Akkaïs...

 

 •  De quoi se nourrissent-ils, à Ekkar ?

Leurs menus se composent essentiellement de fruits bouillis, qu'ils ramènent de certaines oasis... Ils sont aussi friands de racines qu'ils récupèrent une fois par mois environ aux alentours de Lake Mead et un peu de gibier - rapaces, petits rongeurs, petits prédateurs - qu'ils chassent dans la même zone, puisque c'est l'une des seules zones à ne pas être totalement arride... Il leur arrive également de fabriquer du pain ainsi que des sortes de boulettes grillées faites de viande et de fruits.

 

 •  Kira a-t-il des puces ?

Eh oui ! Les colliers anti-puces, ça n'existe pas à Ekkar !

 

 •  Pourquoi Nate et d'autres ont des noms de famille à consonance japonaise ?

Ces consonances sont tout simplement dues aux vagues d'immigration qui ont eu lieu pendant des années dans la région  d'Ekkar (et de manière plus vaste dans le pays tout entier). Du coup, beaucoup d'entre eux ont de lointaines origines étrangères, dont  la plupart sont japonaises, espagnoles ou autres...

 

 •  Si Kaïtos est un griffon, comment se fait-il qu'il ait des dents ?

Kaïtos n'est pas un griffon comme on l'entend traditionnellement dans la mythologie classique. De la même manière, Kira ne ressemble pas vraiment à une chimère non plus. Chacun des Akkaïs d'Ekkar est assez particulier. Ainsi, l'apparence de Kaïtos s'apparente davantage à un gros lion noir corbeau doté d'ailes de rapace. La première image que j'avais réalisée de lui il y a de cela plusieurs années maintenant l'avait représenté avec un bec, mais j'ai compris plus tard qu'il n'en avait pas...

 

 •  Si le campement est amené à se déplacer souvent, comment se fait-il qu'ils ne soient jamais loin des grottes sacrées ?

Ils se déplacent en effet beaucoup, mais ils restent cependant toujours dans la même région. Ils ne sont pas systématiquement aussi proches des grottes, il leur faut parfois plusieurs jours de marche avant d'y parvenir, tout dépend des emplacements qu'ils choisissent. Le campement qu'ils occupent au moment du roman, l'un des favoris d'Heather, est environ à 3 heures de marche des grottes, ce qui leur permet de s'y rendre assez facilement, mais ce n'est pas toujours le cas.

 

 •  Les "chaînes des Akkaïs" (bracelet de cheville d'Ensaï, joncs d'Heather etc) ont l'air très serrés. Que se passe-t-il si leurs porteurs grossissent ?

Les chaînes des Akkaïs sont des bijoux un peu particuliers, dans la mesure où ils évoluent avec leur porteur tout au long de leur vie. Ainsi, ils sont présents dès leur naissance et grandissent ou rétrécissent avec eux, selon l'évolution de leurs corps. On peut en quelque sorte les considérer comme une extension organique de ce que sont les Akkaïs. Jamais ces bijoux ne seront trop serrés, ils adoptent toujours la taille parfaite.

 

  •   Pourquoi Biakko et Yggdrasil s'entendent-ils si mal ?

 Biakko et Yggdrasil (respectivement les Akkaïs de Nate et Heather, donc) ont deux caractères bien trempés qui les ont souvent mi en conflit au fil des siècles. Le fait qu'ils représentent tous deux des éléments totalement contraires (glace et feu) n'arrange en rien leurs relations, mais il est vrai que leur contact prolongé a fait augmenter leur rivalité au fil du temps... Peut-être s'agit-il d'un jeu qui s'est transformé en conflit, peut-être s'agit-il réellement d'une vraie rivalité... Quoi qu'il en soit, leurs mauvaises relations influent énormément sur celles de Nate et Heather qui, eux, ne se détestent pas.

 

  • Sur quelle découpe du temps est basé le Calendrier d’Ekkar ? Et à quoi correspond l’”Eté astral” ?

 Le calendrier actuel d’Ekkar trouve son point de départ au premier jour de la malédiction (appelée “l’année Zéro” dans le roman). Cet événement a été si marquant et si important dans leurs vies qu’ils ont décidé de réinitialiser leur calendrier. Autrefois, celui-ci était basé sur le système grégorien traditionnel, étant donné que bon nombre de membres des différents clans étaient en fait natifs des cités alentours (Las Vegas, entre autres etc). Pourtant, au moment de l’année Zéro, lorsque tout a basculé pour eux, ils ont décidé d’abandonner ce système de comptage, jugé trop fastidieux et totalement inutile pour leur vie dans le Désert. Ils ont donc décidé de supprimer le décompte des jours, des semaines et des mois, se fiant uniquement à la course du soleil et des étoiles rythmant leurs vies (les astres, d’où l’appellation d’”Astral”) tandis que, partout ailleurs dans le monde, le calendrier traditionnel a poursuivi son chemin. Leur nouveau calendrier est donc découpé en 4 saisons, en fonction de la position des étoiles dans le ciel. Ces dernières leur indiquent d’ailleurs si la saison est déjà bien avancée ou non et rythme leurs migrations, leurs chasses et leurs journées.

 

• Le Clan d’Ekkar est frappé par la malédiction des Akkaïs à cause de l’erreur de l’un de leurs ancêtres. L’une des citations du roman les plus marquante à ce sujet est “Afin que notre race comprenne enfin ses erreurs”. Comment conçois-tu le rapport entre le passé et les ancêtres et le fait qu’on puisse léguer un héritage rempli d’erreurs aux générations suivantes ? Y a-t-il un symbolique particulière au fait qu’Heather ne conçoive pas la situation comme une malédiction, contrairement à tout les autres ?

Je ne peux évidemment pas nier que le rapport ancêtres/passé dans le roman est calqué en quelque sorte sur ma propre vision de la réalité. Ou que l'on soit, qui que l’on soit, on lègue forcément quelque chose à nos descendants, que ce leg soit bon ou mauvais. De manière générale, je crois que tous nos actes, et plus particulièrement ceux qui ont un impact sur notre entourage et pas uniquement sur notre propre vie, devraient être réfléchis par rapport à ce leg... Certains appellent cela le Karma, d’autres la relation de cause à effet ou encore l’effet papillon. Quoi qu’il en soit, je crois que chaque geste, chaque pensée, chaque parole a une conséquence plus grande que ce que l’on pense. Il m’est également avis que nous recevons une sorte de "programmation" en héritage : une façon de penser, d'agir ou de considérer les choses sera souvent teintée de celle de nos ancêtres, que ce soit par l'éducation, par les réactions même de notre entourage proche ou par des choses qui nous dépassent certainement encore dans ce domaine. Je pense notamment aux théories de transmission de la connaissance par l'ADN ou par les gènes comme l’introduit par exemple Jeremy Narby dans son livre “Le serpent cosmique, l'ADN et les origines du savoir”... Imaginons qu'un savoir ancestral soit contenu dans l'ADN, pourquoi ne pourrait-il pas en être autant d'autres choses, comme des émotions, ou autres ?... Pour faire le lien entre ces théories et le Clan d’Ekkar, après le basculement de l'année zéro, les membres du Clan ont forcément eu un regard très critique et négatif sur ce qui venait de se passer. Il est assez difficile de se remettre en question après une si grosse “claque”, surtout si l’on manque de recul et de volonté pour le faire. Ce regard particulier s’est fatalement transmis de génération en génération, d'autant que leurs descendants, n'étant pas là au moment où tout cela est arrivé, ne peuvent vivre la scène qu'au travers de ce que leurs ancêtres leur racontent... Et ces histoires sont forcément déformées par leur point de vue... Puis nous revoilà ensuite avec un rapport avec notre propre réalité : il y a deux types de comportements qui font suite à ces “révélation” : ceux qui prennent tout pour argent comptant, qui répètent à tort et à travers "ça, c'est mal", parce que c’est ce qu’on leur a inculqué et qu’ils ont toujours entendu dire, et tu as ceux qui prennent le temps de mettre de côté des siècles de ressentiment, pour enfin réfléchir avec un regard neuf et vidé de toute influence ancestrale afin de se dire "peut être que c'est mal, mais dans ce cas, pourquoi ? Qu'est-ce qui dit qu'au final ce n'est pas "bien" ?” et qui, comme Heather par exemple, réfléchissent par eux-mêmes... Donc oui, il est évident que la réaction d’Heather soit tout à fait voulue. Il est difficile de faire la part des choses, surtout quand on refuse d'enlever nos oeillères... Il est souvent plus simple de se complaire dans une affirmation, plutôt que d'aller chercher la vérité par soi-même... Heather est un peu l’exception qui confirme la règle et, finalement, la note d’espoir...

 

• Peux-tu m’en dire davantage sur la magie d’Ekkar ? Correspond-elle à un fluide, une sorte de force mystique ? Quelle est sa nature ? Fais-tu référence à quelque chose de précis ?

Ce rapport à la magie fait référence aux écrits qui précèdent Pandora et dont je parle un peu dans ce livre, au travers de l’histoire de Tobias et Miyasa. A la base, c'était une série de 4 tomes nommée “Dunes de Sable” qui se déroulaient également dans le Désert. Il s’agissait d’un autre désert, en Afrique cette fois, avec un autre clan, mais là bas aussi les Akkaïs étaient déjà présents. Il faut savoir que dans l’univers global de Pandora, les Akkaïs sont récurrents dans la plupart des déserts du monde... La Magie du désert, c'est une sorte d'énergie omniprésente, une sensation particulière que l’on ressent dans les Dunes... Quelque chose qui nous dépasse... C'est le silence, la grandeur, l'immensité... Il serait possible d’apparenter cela à une sorte de force mystique oui, dans un sens. C'est un peu comme si le Désert lui-même possédait sa propre énergie... C’est du moins ce que j’ai toujours pensé et ressenti à l’évocation des vastes dunes de sable. Ce qui est amusant, c'est que j'ai fait l'acquisition au cours de l’écriture de Pandora d’un recueil de photos et de citations touaregs, berbères et autres sur le Désert, et beaucoup tendaient dans cette direction, évoquaient une énergie, une force qui lui était propre... J’évoquais cela récemment également à propos du concept de “magie urbaine”, avançant que la ville elle-même dégageait une énergie qui lui était propre (et chaque ville avait une énergie sensiblement différente), avec laquelle il était possible de "travailler" et d’interagir... Finalement, je crois que chaque lieu au sens large est doté de sa propre énergie. Celle du désert est bercée par des millénaires de légendes... Parce qu'au final, on ne sait pas très bien ce qui s'y passe réellement, dans ces vastes contrées...

 

• Souhaitais-tu faire faire passer un message particulier par rapport à la condition de Nayashi?

Non je ne crois pas avoir voulu faire passer quelque chose de particulier par son biais, ou alors c’était encore une fois totalement inconscient... Pendant très longtemps, l'histoire et le personnage même de Nayashi sont restés très flous pour moi. Je savais qu'elle était là, mais je ne savais quasiment rien d'elle. Ca a été un peu le même cas avec Sasha d'ailleurs. Et puis, tout d'un coup, l'une comme l'autre se sont ouvertes à moi et m'ont dévoilé leur passé et leurs vies, à tel point que j'ai l'impression de mieux les connaître que certains autres personnages jugés plus "importants", bien que pour moi ils aient tous la même importance. C'est aussi la raison pour laquelle les éclaircissements à son propos ne sont fait que tardivement. Dans un sens, le lecteur les apprend... En même temps que moi ! Quoi qu’il en soit, il y a clairement une différence d'ouverture d'esprit d'un Clan à l'autre, c'est certain. A Ekkar, ils ont un rapport aux choses vraiment différent des autres, sans doute à cause de leur passé assez mouvementé qui a changé leur regard... Le clan de Nayashi, lui, est essentiellement fait de guerriers... Du coup ils sont très terre à terre... A part leurs épées et le sang, il ne doit pas y avoir grand chose qui trouve grâce à leurs yeux...

 

• On sent qu’Heather atteint un niveau au-delà d’elle-même, notamment au travers de son équilibre avec Yggrasil, avec le Feu. Associer et faire cohabiter deux parties différentes/opposés, un équilibre de forces contraires en quelque sorte, est-ce un moyen pour toi d'acquérir une forme de sagesse ? On a souvent cette image commune du Yin et du Yang pour définir cet équilibre. Est-ce qu'il existe d'autres formes d'équilibre selon toi ?

Je ne sais pas si faire cohabiter ces deux opposés permet d’acquérir une forme de sagesse, mais en tout cas ça nous permet, je pense, d’atteindre un équilibre et une certaine paix intérieure... Je crois qu’on a tous ce genre de dualité en nous, le petit ange sur une épaule et le petit diable sur l’autre qui nous murmurent sans arrêt des choses contradictoires... Réussir à concilier les deux et à les mettre sur une pied d’égalité, c’est déjà très difficile en soi. Cet équilibre, on le retrouve partout je crois, c’est une balance, c’est ce qui fait qu’on ne bascule jamais totalement dans le chaos ou dans le gnangnantisme lumineux. Cependant, équilibrer totalement les deux plateaux de la balance, c’est compliqué... Même Heather n’y parvient pas totalement. Cela dit c’est celle qui en est la plus proche. Et c’est ce vers quoi nous tendons sans doute tous.

 

• Avant l'altération, on ressent un véritable désir de cohésion dans le Clan, surtout de la part d'Heather, pour faire face à ce qui les attend... Soit l'extinction, soit la libération. Et en parallèle, on remarque que chacun est confronté à une solitude propre. Ils agissent en sacrifice, pour le bien du Clan, mais en même temps la solitude semble être présente réellement partout... même après ces sacrifices. Quelle est donc ta vision de la solitude dans le roman ?

Wow, vaste question ! Je crois que dans un sens, aussi entouré que nous puissions être, on est toujours plus ou moins seul - à des degrés différents, bien sûr - mais la solitude est une ombre qui plane sur chacun de nous je pense. Sasha, Ienzo, Ensaï, Heather... Ils ont tous une forme de solitude plus ou moins marquée qui rôde autour d’eux et ceux qui n’en ont pas, Shaïtan par exemple, la recherchent vraiment... On peut être uni dans un groupe, aussi soudé que possible, comme c’est le cas dans le Clan, quelque que soit le camp choisi, cela n’enlève rien au fait que l’on reste des personnes individuelles, forcément détaché du monde d’une manière ou d’une autre... D’une certaine mesure, la Fusion est un peu à l’opposé de cette solitude... C’est se fondre en l’autre, totalement, en entier, corps et âme...

 

  

 

Au delà de l'univers

  

• Pourquoi "Newport" ?

Il y a des choses parfois, qu'il est difficile d'expliquer rationnellement, surtout lorsque l'on est à l'écoute de leurs murmures... Newport est l'un des premiers noms qui m'est venu. Comme la première impression est très souvent la bonne, je l'ai conservé. D'ailleurs, il en a été de même pour Sullivan également. Au départ, je pensais que tout l'univers de Newport était totalement détaché du nôtre, qu'il s'agissait d'une sorte de ville post-apocalypique comme avaient pu l'être Innerfire ou encore Naraku. Pourtant, je me suis vite rendue compte qu'il s'agissait d'avantage une évolution du nôtre, une sorte d'extrapolation de notre monde actuel, bien que celle-ci soit totalement intemporelle. Poussée par la curiosité, je me suis forcément mise en quête de la localisation de cette ville mais impossible de me décider : plusieurs villes du nom de Newport existent dans ce bas-monde, notamment en Angleterre et aux Etats Unis. J'ai donc laissé le bénéfice du doute à cette cité qui commençait à se construire sous mes yeux. Puis les choses ont changé lorsque Ienzo a crée le compte Facebook d'Ensaï : au moment de son inscription, il a renseigné, entre autres, le champ "localisation". Lors de la mise à jour de Facebook qui tendait à relier nos informations personnelles et centres d'intérêt aux pages informatives déjà existantes, c'est tout naturellement qu'il m'a été posé la question de savoir si je souhaitais relier le "Newport" d'Ensaï à la page consacrée au "Newport" situé dans le New Hampshire. Qu'à cela ne tienne, Newport serait donc dans le New Hampshire ! Toujours poussée par la curiosité, je suis donc allée faire un petit tour sur cette page, histoire de m'informer un peu sur cette ville... Très peu d'informations étaient disponibles mais, pourtant, j'ai lu à ce moment là quelque chose qui ne laissait plus le moindre doute sur sa localisation... "La ville de Newport est le siège du comté de Sullivan , situé dans le New Hampshire, aux États-Unis" (informations extraites de Wikipedia)... Peut-il encore y avoir des doutes après cela ? Autre "hasard" également, je savais que Sasha avait émigré de la Nouvelle Ecosse et qu'elle était arrivée en bateau avec sa mère... Or, j'ai découvert après coup que la Nouvelle Ecosse était voisine du New Hampshire... CQFD !

 

•Du coup, à quelle époque se déroule leur Histoire ?

Je l'ignore ! Le seul repère temporel que je possède concerne le calendrier d'Ekkar, mais ils se basent malheureusement sur un système tout autre que le calendrier grégorien qui ne me permet donc pas de faire de rapprochement...

 

•Quel est le titre de la musique diffusée sur le site ?

Le morceau utilisé sur le site est "Réticent" du groupe Skin Contact. Il peut être écouté et téléchargé légalement sur le site Jamendo.com.

 

• L’expression “Etes-vous prêts à entrer dans la Ronde” semble très importante pour toi. Pourquoi ?

Elle est en effet très importante pour moi et tire en fait sa source de l’un des romans de mon auteur favori, qui a d’ailleurs fortement inspiré mon style d’écriture saccadé : Mark Z. Danielewski. En lisant son livre, “Only Revolution”, j’ai d’abord eu la sensation très dérangeante de ne pas parvenir à “rentrer” dedans, de rester extérieure à ses écrits alors que j’avais eu énormément de facilité à m’immerger dans son premier roman, “La Maison des Feuilles”. Ce n’est qu’en persistant un peu, et au fil de la lecture d’”Only Revolution” que j’ai enfin compris. Cet univers était une spirale, une ronde endiablée que l’on observe d’abord de manière distante pour finalement se laisser happer et entraîner par sa vitesse jusqu’à son centre (son livre porte donc très bien son nom !) Le rapport de la spirale et du concept de “révolution” avec le livre dans sa forme et son fond est d’ailleurs extrêmement intéressant, mais je vous invite à le parcourir pour en savoir plus ;). Quoi qu’il en soit, j’ai été littéralement fascinée par ce concept de révolution, et c’est un peu ce que j’ai ressenti avec Pandora également : au départ, je n’ai capté que des bribes, des murmures fragmentés que je n’ai pas tout de suite compris. Et, petit à petit, ils m’ont entraînée jusqu’à l’obsession, jusqu’à cette Ronde endiablée que je danse jour après jour à leurs côtés...

 

• La notion de “renouvellement” semble présente à plusieurs niveaux, et ce dans la plupart de tes projets. Il est question d'une nouvelle Ere (qu'on suppose après l'Altération), d’un changement profond qui s'opère dans l'univers, mais aussi au niveau des personnages qui y participent. Leurs identités sont éclairées par de nouvelles lumières, je pense notamment à Ensaï par le biais de sa mémoire retrouvée, et Ienzo par les choix qu’il fait. Comment perçois-tu le dépassement de soi dans le contexte de ton roman, à priori tu l'exprimes sous plusieurs formes à travers chaque perso. Ce rapport doit-il être forcément lié au monde en changement?

Je pense que les changements de chacun sont automatiquement liés à ceux du monde... MAIS on peut sortir de cette ronde et de cette fatalité avec un peu de volonté. A la base, c'est un peu un cercle vicieux, dans un sens. Nos propres changements influent sur le monde, mais c'est aussi le fait d'évoluer dans le monde lui-même qui nous fait changer... Dans la première partie, Edeka disait "il a fait de nous ce que nous sommes aujourd'hui"... Lui parlait de Sullivan (bien que je conçoive cette phrase à un niveau beaucoup plus personnel également) mais je pense qu’elle peut tous nous toucher à différents niveaux en fonction de nos exépriences et être liée au rapport entre le monde et nous... On façonne le monde, mais celui-ci nous façonne aussi... Par exemple, pour reprendre Sullivan ou même Shaïtan (et c'est valable avec tous les autres également) : c'est leur environnent qui a fait qu'ils sont devenus rancuniers, rebelles, etc etc. Mais, en plus d'influencer leur propre jugement et leur façon d'être, ils ont ensuite reporté ça sur le monde : Sullivan sur Newport et Shaïtan sur Ekkar... Tout n'est qu'un éternel recommencement. Du coup, le dépassement de soi, c'est un peu parvenir à sortir de cette spirale là, arriver à s'extraire du cercle vicieux dans lequel on s'enferme plus ou moins consciemment et prendre en main son destin et ce que l'on est... Finalement, je crois que c'est Ienzo et Ensaï qui incarnent cela au mieux...

 

• T’es-tu inspirée de personnes réelles pour ce roman ?

Un peu, malgré moi... Certains personnages du roman sont inspirés de personnes que j'ai réellement connues et qui ont marqué ma vie d'une manière où d'une autre, et d'ailleurs en bien ou en mal. Ca a été le cas pour Mekura de Shakunetsu no Taiyô, par exemple, et c'est aussi le cas dans Pandora, pour Sullivan. Je crois qu'intégrer ce genre de choses dans mes écrits me permet en quelque sorte d'exorciser un peu ces gens qui ont fait partie de ma vie, mais aussi de me guider en ayant une sorte de ligne conductrice quant à la manière dont leur comportement fonctionne. Et puis, je reste intimement persuadé que mon imagination n’a pas grand chose à voir avec eux et qu’ils sont davantage venus me susurrer leurs vies à l’oreille. Pourtant, il y a bien quelques personnages que j’ai eu plus de facilités à cerner que d’autres, notamment Heather car, au final, je crois que nous nous ressemblons beaucoup (quant à savoir qui a influencé qui, je crois que je serais incapable d’y répondre...) ou Sullivan qui, donc, a beaucoup marqué mon cheminement personnel. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la citation d’Edeka dont je parlais plus haut m’a beaucoup marquée. Peut être s’agit-il d’une sorte d'exorcisme, je n'en sais rien, mais en tout cas, je savais qu'il fallait qu'il se trouve là... Peut être que Sullivan est tout simplement un "miroir", que c'est l’une des nombreuses choses qui ont fait écho avec mon univers... En tout cas une chose est sûre, s'il n'avait pas été là, le roman serait sans doute très très différent aujourd'hui... Et moi aussi.

 

• "La folie est le moteur des Hommes", disait Heather. Cela correspond-il à ce que tu penses de la réalité, où est-ce que cela s'inscrit juste dans le contexte du roman ? La folie se situe-t-elle dans une forme de désir à vouloir s'élever plus haut qu'ils ne le peuvent ?

Non, ce n'est pas juste le contexte du roman, c'est bien ce que je pense du monde actuel ! La plupart des gens ont une espèce de folie entre eux. Rreste à voir si cette folie est bonne - un grain de folie, ça ne fait pas vraiment de mal, au contraire - ou dévastatrice... J’avoue que je suis moi même un tantinet folle, vis à vis de ce projet : je me retrouve tout de même à écrire des choses que des personnages issus d'un autre univers sont venus me souffler, à tel point que j'ai parfois arrêté d'écrire tant qu'ils ne me disaient rien. On papote tranquillement en rêve et en méditation, Edeka est une sorte de fantôme qui, depuis son émancipation, me suit et met mes nerfs à rude épreuve... Ma graine de folie semble s’être bien développé jusqu’à devenir une immense plante carnivore, semble-t-il ! Mais, plus sérieusement, je crois que l'homme a toujours cherché à viser trop haut. Alors oui, bien sûr, il y a une expression qui dit qu'en ambition, il faut viser la lune pour atterrir dans les étoiles, mais je crois que ça peut aussi devenir une obsession plutôt malsaine... Chercher le pouvoir à tout prix, quitte à se couper totalement de la réalité, ça peut avoir des conséquences relativement néfastes...

 

• Comment choisis-tu les morceaux que tu indiques au fil de la lecture ? Est-ce ce que tu écoutais au moment où tu écrivais? Est-ce ce qui t'a inspiré avant d'écrire une scène, ou est-ce que tu peux choisir le morceau après coup, une fois que tout un passage a été écrit ? 

Ce sont souvent les morceaux de musique qui me projettent dans une scène, mais c’est très aléatoire... Et il m’arrive aussi de rajouter de la musique après coup : une fois une scène écrite, au détour d’une publicité, à la radio ou même dans ma playlist habituelle, j’entends parfois des morceaux qui font “tilt” et qui me rappellent la scène... Du coup je les rajoute :) C’est assez variable en fait, mais, la plupart du temps, ce sont les morceaux qui me guident vers des scènes particulières... Un exemple flagrant est  celui de la scène ou Ensaï essaye de se défenestrer, dans la première partie du roman. En fait, j’étais partie pour écrire totalement autre chose, une scène vraiment banale sans grande importance. J’ai pris mon casque, j’ai allumé la lecture aléatoire (j’ai une playlist de morceaux instrumentaux, pour ne pas trop perturber mes réflexions par les paroles)... Et là, la chanson qui est maintenant associée à la scène a démarré... Et je me suis retrouvée projetée dans cette scène. J’ai tout “vu” : le parquet vermoulu, le lit et l’immonde couverture posée dessus, la fenêtre... J’ai vu Ensaï, j’ai ressenti son trouble, sa peine, je l’ai vu s’approcher de la fenêtre, c’était vraiment très très fort. C’était la première fois que je me retrouvais projeté dans cet appartement que j’avais encore bien du mal à décrire jusqu’à présent. Du coup, j’ai immédiatement tâché de retranscrire tout ce que j’avais vu et ressenti et... La scène était née. Dans le même genre d’exemple, il m’est arrivé de faire des rêves dont un au cours duquel j’ai rencontré un nouveau protagoniste, Graham, dont je partage d’ailleurs la nouvelle dans le Liber eX... Il s’agit d’un membre du Clan d’Ekkar qui a vécu bien avant Ensaï et bien avant que Newport ne perde son faste, et qui réside à Atlanta. Je n’avais pas beaucoup d’informations, juste quelques secondes d’un rêve, pourtant très intenses (comme le rêve qui a marqué le début de mon précédent projet, SNT). Et puis, à la fin de la journée, alors que je suis dans ma salle de bains, affairée à totalement autre chose et j’entends entre deux coulées d’eau un morceau de musique que je ne connaissais pas et qui était diffusé à la radio... Et là... Ca a fait “tilt”. En l’espace de 5 minutes, j’ai revu le personnage en question, dans une scène complète, j’ai appris son nom, son lieu de résidence, ce qu’il est, son problème, et je sais même qui il est “physiquement” ici et à quoi ressemble sa compagne et l’appartement (tout petit) dans lequel il vit... Et quand la chanson s’est arrêtée, tout s’est arrêté avec elle... Marquant donc les prémices de “Lights”...

 





Commentaires sur La FAQ de Pandora

Nouveau commentaire